jeudi 21 avril 2016

cc1210 (avril 2016) - interpellation citoyenne

Compte-rendu du porte-parole suite à son interpellation

La réponse de monsieur le bourgmestre à ma première question fut la suivante ; le service d'aide juridique était un pendant du service prévention de la commune de Saint josse tenoode.
Il se trouve que le service prévention dépend de subsides du fédéral et ceux ci ne couvre pas le volet de l'aide juridique .

Réponse à ma deuxième question ;
Le service d'aide juridique de la maison de la famille rue de Lidekerke  112 à 1210 bxl (permanences tous les 1er ,3 ème et 5 ème mardis du mois de 17h00 à 18h00)
Est une alternative à la suppression du service juridique cité dans mon interpellation.

La réponse à ma troisième question est non compte tenu des motivation sus nommées .

Ma satisfaction est en demi teinte ,
J'aurais aimé entendre la position des partis de la majorité et de l'opposition sur ce thèmes, il semblerait que le protocole ne le permette pas .
Avoir un bilan chiffré de l'aide que ce service à pu apporter par le passé, du public aidé ,etc etc..
On ne peut qu'être déçu par la suppression de ce service d'aide de premier plan .


J'invite chaque citoyen(ne) à participer et à interpeller ce premier échelon de la démocratie politique !😊


Interpellation des habitants concernant la suppression du service communal d’aide juridique

Conseil communal du 25 avril 2016

A la date du 14 mars, je me suis rendu dans les bureaux de l’aide juridique situés sur la rue Brialmont, afin de bénéficier d’une aide dans la compréhension d’un jugement rendu par le juge de paix de Saint-Josse-ten-Noode. Il semblerait que ce service ait disparu avec le départ du dernier juriste en fonction. La personne m’ayant reçu m’a orienté dans un premier temps vers le service juridique situé dans la maison communale, ceux-ci m’ont gentiment éconduit (ce service étant réservé à la maison communale), dans un second temps j’eus droit à une orientation vers le service juridique du CPAS de Saint-Josse, avec une période d’attente de plus de deux mois. La commune de Saint-Josse compte plus de 30.000 habitants sur son territoire et une grande partie de ceux-ci seront, comme moi, confrontés à une administration, à la rédaction d’un courrier spécifique, voire à l’interprétation de textes juridiques qui demanderont des compétences adéquates. 

Mes questions sont les suivantes :
-Quels sont les raisons de la suppression de ce service ?
-Quelle alternative avez-vous mis en place pour palier la suppression de ce service ?
-Ce service va-t-il être remis en fonction ?

Mourad Reguigue





mercredi 6 avril 2016

Nettoyez vos façades, nous venons les salir

A ce jour, mon email envoyé au service des Travaux Publics est resté sans réponse.

rappel :

http://1210sjtn.blogspot.be/2015/07/les-urgences-deric-jassin-travaux.html


Je leur demandais s'ils trouvaient normal d'inciter les gens à nettoyer leurs façades à travers la publicité concernant les primes tout en salissant les façades des gens en raison d'une mauvaise gestion et coordination des travaux publics...


Prenons un autre cas : une maison dont la façade est déjà propre, salie par ces travaux, la commune ne donne aucune explication ni excuse d'avoir endommagé les maisons de ses habitants !

Le service des Travaux publics se désintéresse totalement des préoccupations des gens et n'a aucun respect pour les efforts réalisés par la population. Malgré plusieurs coups de téléphone donnés, ils ne décrochent pas leur téléphone.

Alors en 2018, ne votez surtout pas pour Eric Jassin et le cdh !


Communales 2018 - Présentation d'une liste citoyenne

Les élections communales auront lieu dans deux ans et demi.

En 2012 il y a eu 5 listes dont 3 n'ont pas eu d'élus. Leurs voix sont allées à la poubelle, des voix qui auraient pu aider l'opposition actuelle à être plus forte et la majorité moins forte. Des voix qui sont allées à la poubelle d'autant plus que ces trois partis (égalité, FDF/défi, NVA) ne sont plus actifs.

Aux communales2018 de Saint-Josse les listes devront comporter au maximum 29 candidats (des hommes et des femmes). Tout est expliqué sur le site des élections communales 2012.

Attention à ne pas faire l'erreur de créer trop de listes et de privilégier des alliances stratégiques pour éviter qu'il n'arrive comme en 2012 : des listes qui ne parviennent pas à faire élire au moins un conseiller communal.

L'exemple de Toulouse

Certains pensent que les listes citoyennes ne peuvent pas fonctionner. Pourtant il existe de nombreux exemples en Belgique montrant des petites listes citoyennes qui parviennent à faire élire des conseillers communaux (voir plus bas).

Un bon exemple en France il y a quelques années dans la ville de Toulouse, raconté dans cet ouvrage : Giraud Baptiste, « Les paradoxes de l'engagement pour la démocratie participative. Retour sur l'expérience ses Motivé-e-s toulousains», Terrains & travaux 1/2010 (n° 17) , p. 109-126

animés par « l’obsession de rompre avec les pratiques politiques "professionnelles", de permettre la réappropriation de la décision par tou(te)s les habitant(e)s

« ce n’est pas la politique qui nous emmerde, c’est plutôt la manière dont elle est faite. On veut démontrer qu’on peut en faire différemment et intéresser les gens […] On veut leur donner envie de devenir acteurs et plus seulement spectateurs ».

« coeur de cible : les jeunes, les exclus, les générations issues de l’immigration et, d’une façon générale, les déçus de la politique, mal représentés par les partis, au point de grossir le plus souvent, le camp de l’abstention »






Alliance avec un grand parti ?

Pour pouvoir atteindre un objectif (avoir au moins un conseiller communal) les listes citoyennes doivent parfois s'allier à un gros parti (parce que les gens ont généralement le réflexe de voter pour des listes connues).


A Saint-Josse en 2012 il y a eu une liste Bleus de Saint-Josse composée d'indépendants (Thierry Balsat élu) et du MR (Clerckx et Bulduk élus). Certains non élus ont eu des mandats de représentation.

Autres exemples



Liste PTB Saint-Josse en 2018 ?

Malgré l'engouement, aussi bien bruxellois que national, pour le PTB il semblerait qu'il n'y aura pas de liste PTB aux élections communales de 2018. Un BBQ avait été organisé le 26 août pour les membres des sections de Saint-Josse, Schaerbeek et Evere. Mais lorsque des membres du PTB ont voulu créer une page Facebook pour la section locale (dont le slogan était "Ici, nous essayerons de trouver ce qui ne va pas à St Josse et tenterons de trouver des solutions") certaines personnes du parti sont venus pour nous informer qu'il n'y avait pas de section locale du PTB à Saint-Josse. La page fut supprimée. Ils ont quelques membres mais ils sont peu actifs.

La section schaerbeekoise du PTB plus active semble avoir la mainmise sur la gestion des membres de la commune voisine. Lors de l'expulsion du GESU et de l'histoire de l'uniforme au LGC des membres du PB sont venus au conseil communal : l'intérêt médiatique sans aucun doute.

Mais alors pourquoi le PTB ne s'investit toujours pas à Saint-Josse : peur de venir sur le terrain du PS et ecolo ? Mépris pour les tennoodois ? Stratégie (ne pas faire de l'ombre à de potentiels alliés au niveau fédéral/régional) ? Mauvaise connaissance du terrain tennoodois ?

Mise à jour avril 2017 : A en croire cet article sur la stratégie du PTB aux communales il est peu probable qu'il y ait une liste PTB dans la commune de Saint-Josse.
"Nous ne sommes pas dans un processus de calcul électoral. On ne veut pas être une bulle sondagière. On travaille sur la construction de nouvelles sections un peu partout en Wallonie et à Bruxelles pour qu’elles tiennent sur la durée. On ne veut pas d’une liste élue qui explose après trois mois", commente le nouveau porte-parole du PTB Germain Mugemangango. Ces sections - ou "groupes de base" pour emprunter la terminologie ptbienne - sont en cours de construction un peu partout.







mardi 5 avril 2016

Les lumières du Pont de Brabant ont laissé un vide



Le guide communal 2016 2017

Nous venons de recevoir le nouveau guide communal. Nous avons pu relever plusieurs incohérences, erreurs et différences par rapport à l'ancien.

1. Pourquoi la commune a-t-elle décidé cette fois-ci de ne pas reprendre le nom des chefs de service ? Des choses à cacher ?
Par exemple : ce n'est plus Coletsis qui s'occupe de l'hygiène mais Aviles.

2. Des comités de quartiers qui n'existent pas/plus pour faire genre c'est une commune où les gens ont le droit de parler et sont écoutées (page 20/21)

3. Une asbl figure dans le guide alors qu'elle ne se trouve plus à cette adresse. Le téléphone ne fonctionne pas non plus. Page 15. Notez que cette asbl a été expulsée de son local par la commune !



4. Environnement (Jabour) c'est une compétence bidon ? Pas besoin de service/email. L'Urbanisme (Azzouzi) va s'en occuper. Ils s'entendent bien ces deux là en plus...


5. Les travaux imaginaires dans la piscine. Les travaux n'ont pas commencé dans la piscine. Un mensonge de plus comme d'habitude


6. Il aura fallu être présent au dernier #cc1210 pour savoir que des échevins ont reçu de nouvelles compétences car bien que mis à jour, il n'y a aucune information dans le guide pour prévenir les citoyens
Kir donne Urbanisme à Azzouzi
Kir donne Informatique à Boiketé
Namli reçoit Bien être animal
 

 

Mon passage sur Radio Panik

Vendredi 01/04/2016 je suis passé dans l'émission 49 rue Saint-Josse chez Radio Panik. J'ai apporté ma playlist de chansons préférées et j'ai été interviewé pour parler du projet 1210SJTN.

Cliquez ici pour écouter cette émission:
http://www.radiopanik.org/emissions/49-rue-saint-josse/ibrahim/

***

- Présentation et historique du projet
- "Un nouveau parti à Bruxelles" et le boycott des élections, l'implication des politiques. La politique locale et le monde politique.
- L'importance du dialogue, du débat entre les citoyens
- Appel 2018 pour une liste citoyenne lors des communales
- Que veulent les citoyens de Saint-Josse ?

Interlude musical

- Commentaires sur l'article Béatrice Meulemans et les piscines pour femmes
- Les liens entre les journalistes et les politiques, Borgen, Les Chiens de garde
- Emir Kir : communautarisme et opportunisme
- Pourquoi les gens votent pour ces incompétents ? La peur
erreur : j'ai dit : "entrer dans l'urne" je voulais dire "entrer dans l'isoloir" bien sûr ou "rentrer sa carte dans l'urne"
- Emir Kir et le serial menteur
- Prostitution
- Mon négativisme

Interlude musical

- Je ne fais pas de quenelles lol
- Les initiatives citoyennes, les asbl actives, le manque de collaboration entre les gens
- Le manque de culture, les arts, Jazz Station
- Le favoritisme d'Emir Kir
- Propreté publique : une amélioration suite à notre pression
- Propreté publique : Les urinoirs promis d'Emir Kir. Erreur il n'était pas ministre des Poubelles mais Secrétaire d'Etat
- Le respect des arbres et Travertsons

Interlude musical

- Spectacle politique et divertissement
- Objectif : la fin de l'assistanat et le réveil citoyen
- Diffusion : facebook, blog, twitter, journal d'informations et micro-trottoir
- La résignation à Saint-Josse

Interlude musical

- Conclusion
Proposition d'une émission radio pour parler de Saint-Josse de manière hebdomadaire
Continuez à agir et parler !

Interlude musical


Nous n'avons pas eu le temps de diffuser mes autres chansons préférées.
Curieux de connaître le reste de ma playlist ? La voici : 


Vue de Saint-Josse depuis les locaux de la radio








lundi 4 avril 2016

Saint-François : les locataires/habitants en colère

Juillet 2016 : une pétition circule

Plusieurs locataires de l'immeuble HBM situé au 49 de la rue Saint-François ont signé une pétition dans laquelle ils dénoncent "l'inaction des HBM et leur responsabilité dans les soucis de santé que rencontre plusieurs locataires du bâtiment à cause des problèmes d'humidité ainsi que la non assistance à personne en danger de la part des HBM"

dimanche 3 avril 2016

Bilan - Ma Vision

Participation citoyenne faible

Deux groupes Facebook existent. L'un créé il y a 7 ans (1210SJTN) et un autre plus récemment (Saint-Josse News). Ces groupes sont des espaces de discussion sur l'actualité de notre commune. 1210 SJTN (6000 membres) et Saint Josse News (1700 membres). Ce blog reçoit environ 2.000 visites/mois et le compte Twitter compte 400 followers. Malgré le nombre élevé de membres, les gens voient les publications mais ne partagent pas, likent pas et ne commentent pas. Pourtant je reçois souvent des messages privés de personnes qui me félicitent pour les publications et les initiatives et qui avouent ne pas oser commenter/partager/liker.

Lorsque des événements sont organisés pour sensibiliser et informer la population, le nombre de participants est toujours très faible (réunion quartier nord, carrefour Rivière/Verte, réunion Vallon, projets, contrats de quartier, etc.). Après les gens s'étonnent des résultats sur le terrain qui ne leur conviennent pas.

Par ce manque de participation, la population ne sait pas toujours ce qu'il se passe. Du coup j'entends parfois les gens dire à Saint-Josse : "A Uccle et Woluwé il n'y aurait pas eu cela". Bien sûr car dans d'autres communes les gens comprennent mieux la gestion locale/communale et ne se laissent pas faire. Ils sont plus actifs et plus mobilisés.

A ce jour il n'y a eu que 2 interpellations citoyennes. Celle de Mr Tom Smeyers et celle de Kristien concernant la réouverture de la piscine.

Peur dans la ville

Un jour j'ai demandé à un gars qui s'y connait en réseaux sociaux pourquoi il y avait 2.000 membres sur mon groupe Facebook mais que lorsque je publiais un article il y avait moins de 20 likes (soit même pas 1%). Il m'a répondu : ils les voient mais ils ont peur de liker et de commenter. Peur de quoi ?

- Peur de perdre leur travail : la majorité des gens travaillant pour la commune se rendent compte qu'on court à la catastrophe dans différents domaines comme la Jeunesse, l'Urbanisme, la Propreté publique et surtout l'Enseignement et les Finances. Les échevins en réalité ne font rien mais ils empêchent les personnes compétentes de travailler et préfèrent placer leurs amis à des postes clés comme des hommes de pailles. Ces gens n'osent pas parler, de peur d'être dénoncé, démasqué et de perdre leur travail. Une personne travaillant pour le service Jeunesse en a fait les frais pour avoir dénoncé l'échevin pour harcèlement. J'imagine que les gens qui nettoient nos rues, qui s'occupent de nos jeunes et de nos écoliers, qui ont accès aux comptes de la commune doivent en avoir des choses à dire. La preuve : des messages anonymes que je reçois sur Facebook du genre "j'ai du lourd à vous donner", "je possède des documents compromettants concernant la commune mais j'ai peur de les diffuser" ou encore celles qui se plaignent et lorsque je leur demande de me mettre ça par écrit ou d'en parler devant une caméra, elles se rétractent.

- Peur de perdre le logement qu'on occupe : la commune dispose d'un parc immobilier qu'elle met en location à des citoyens (AIS, HBM). Certains de ces logements ont besoin d'urgence de rénovations mais les gens les occupent en silence. Problèmes d'humidité, de présence de rats, d’électricité, de plomberie. Il leur suffit pourtant de contacter le service technique pour signaler ce type de problème mais ils ne le font pas de peur que la commune les mette à la porte : "si tu n'es pas content, tu peux pas partir, un autre occupera ton logement" c'est en gros ce qu'on leur dira étant donné que la file d'attente pour obtenir un logement est très longue. Un jour dans la rue je croise un habitant de ces logements qui m'explique tout naturellement que ses murs sont couverts d'humidité, il avait l'air de trouver cela normal. Je lui explique que c'est dangereux, que le propriétaire est obligé de faire des travaux. Il me répond qu'il préfère vivre ainsi plutôt que de prendre le risque de se mettre à dos la commune et de devoir chercher un autre logement (tâche difficile ce que je comprends).

- Peur de représailles : Peur de se faire casser la gueule mais à ce jour je ne connais personne qui s'est fait casser la gueule par les hommes de main du bourgmestre. Encore une légende urbaine.

Un peu de lecture : https://batinote.wordpress.com/2015/09/07/la-manipulation-par-la-peur/

L'opposition

Mise à part quelques interventions pertinentes d'un ou deux conseillers communaux, l'opposition est très faible à Saint-Josse face à une majorité de 16 sièges.

Au cdh l'échevin Eric Jassin continue d'imposer son despotisme réduisant au silence les autres conseillers communaux de son parti qui sont passés de 5 à 2. Cependant au sein du parti, personne ne conteste cette dérive autoritariste par lâcheté.

Le MR, 2 sièges, continue de frotter la manche à la majorité en espérant pouvoir rejoindre la majorité et remplacer le cdh.

Les autres partis qui avaient participé aux élections de 2012 et qui n'ont pas eu de siège sont inactifs (FDF devenu défi, NVA, Egalité). On les entend jamais et on ne les voit nulle part. Par contre ils réapparaîtront certainement aux prochaines élections en 2018.

Les infrastructures

Les gens se plaignent fréquemment de l'état des trottoirs, de la propreté, de l'entretien des arbres, etc. Pourtant peu de personnes prennent la peine d'informer les autorités ou de signaler ces problèmes sur le site FixMyStreet. Cependant ceux qui les ont fait ont vu leurs signalements ignorés par les autorités communales.

Par exemple lorsque j'ai proposé l'action Trottoirs, je n'ai reçu qu'un seul signalement. Les gens s'attendent certainement à ce que je m'amuse à arpenter tout seul les rues tennoodoises et prendre des photos pour les envoyer au service Travaux publics pour que leur trottoir soit réparé.

Les comités de Quartier sont peu actifs (sauf Travertsons) et peu nombreux (certains qui figurent sur le guide communal n'existent même plus).

Conseil communal

Ce sont souvent les mêmes personnes qui assistent au conseil communal. Par contre lorsqu'il y a un sujet médiatique (expulsion GESU, uniforme LGC, Propriétaires de carrées de prostitution), la salle se remplit et le bourgmestre doit faire appel à la police et/ou aux gardiens de la paix.

L'ambiance n'est pas du tout bonne. Il n'y a pas de débat possible au conseil communal. Les conseillers de l'opposition font leur interpellation, ils se chamaillent avec le bourgmestre et ça se termine là. Il n'y a pas de consensus possible, de dialogue ou de négociation comme j'ai pu le voir dans d'autres communes. C'est majorité contre opposition.

N'ayant jamais reçu une autorisation pour pouvoir filmer pour des raisons expliquées dans cet article, personne n'a eu la présence d'esprit de faire une demande également. Peu, voire presque pas, de compte-rendu reçus (réunion d'information et compte-rendu de conseil communal). Rien pour les conseils de police.

Emir Kir : la grande déception

Depuis l'élection d'Emir Kir comme bourgmestre, on constate une montée d'une méfiance vis-à-vis des Turcs dans la commune. A cela s'ajoute des élans de nostalgie (cudellisme et demannisme) comme si avant tout allait mieux. D'un côté les anciennes générations voient la commune se dégrader (qui est en réalité le résultat des politiques menées par le parti socialiste).

On lui reproche d'avoir imposé trop fortement un caractère turc à la commune (il a engagé plusieurs personnes d'origine turque dans différents services : le conseiller communal anderlechtois Kaya chez l'échevin Ozkonakci, la PS schaerbeekoise Derya Alic chez l'échevine Meulemans, remplacement de la collaboratrice de l'échevin Jassin, la collaboratrice de l'échevin Boiketé, l'engagement récent du fils du conseiller communal Halil Disli, un traducteur pour se charger de la communication et pleins d'autres exemples qui seront détaillés dans un prochain article), le jumelage avec la ville turque Eskisehir en est un autre exemple. C'est Emir Kir qui est à l'origine des querelles intra-communataires au sein de la commune (disputes entre ouvriers au service Propretépar exemple et d'autres exemples dans un autre service dont j'ai eu vent) et de la montée de la xénophobie (je remarque sur Twitter, Facebook et dans les commentaires sous les articles de presse plusieurs commentaires racistes/xénophobes s'attaquant aussi bien à la population qu'aux élus d'origine étrangère).

Querelles intestines

Ce qui vient intoxiquer la politique communale, mais c'est toujours comme ça dans la politique, ce sont des vendetta personnelles. Des personnes n'ayant pas obtenu ce qu'elles souhaitaient décider de se retourner contre leurs anciens alliés et se mettent à dévoiler des informations privées ou professionnelles à leur sujet pour tenter de leur nuire.Je reçois fréquemment des invitations et des messages de personnes travaillant pour la commune, pour un parti qui me font miroiter un sujet chaud sur l'un ou l'autre élu. Comme je dis toujours : "Si quelqu'un a quelque chose à dire qu'il se dise, ou qu'il se taise à jamais"

Misérabilisme & Opportunisme : Chantage et courbettes

Pour vous expliquer ce thème je vais vous donner un exemple. Un jour un camarade militant me demande si je connais un certain XXX. Je lui explique que oui, que c'est un misérable gratteur. Il me dit que cette personne est venue vers lui pour lui dire qu'elle avait un dossier sur l'échevin Mohammed Jabour. Sachant pertinemment de quoi il s'agit (vu que j'ai une encyclopédie de casseroles sur cet échevin) et désintéressé par ces manières mesquines de causer du tort à une personne, je joue le jeu. Pas de nouvelles de notre corbeau qui est visiblement en train de manoeuvrer de son côté pour obtenir ce qu'il souhaite. Quelques jours plus tard j'apprends que ce corbeau désoeuvré vient d'être d'obtenir ce qu'il recherchait. Je demande à mon camarade de relancer notre corbeau qui répond "non c'est bon c'est rien, ca s'est arrangé"...

A Saint-Josse il y a deux façons d'obtenir des choses : la manière "légale" que personne ne souhaite utiliser car trop longue et souvent inutile. Et enfin en insistant auprès des dirigeants de la commune (échevins et bourgmestre) en faisant des courbettes, en mendiant régulièrement, en suppliant, en rendant divers services (publicité gratuite, propagande, léchage de cul public, etc.). Ensuite il se passe deux choses : étant donné qu'il n'y a pas assez d'emploi et de logement pour ces lécheurs, c'est le plus influent qui parvient à l'avoir. Les autres doivent continuer à lécher et être patients (j'appelle cela "faire la file"). Jusqu'au moment où trop c'est trop, la colère éclate et vous trouvez ces lécheurs à des coins de rue insulter et pester contre ces dirigeants. Dès qu'ils apprennent cela, ces dirigeants s'empressent de rendre visite à cette personne : une tape dans le dos, un café, une promesse, un baratin et bim c'est reparti pour un cycle. Et ainsi de suite. La file d'attente s'allonge de plus en plus.

Un jour une personne me dit qu'il attend toujours une réponse de la commune pour un poste auquel il avait postulé. Il me montre le "job description" et je lui ai répondu : celui qui va occuper ce poste est déjà connu, les candidatures ils vont les mettre à la poubelle, c'est juste parce qu'ils sont obligés de faire un appel à candidatures. Prochainement un article sur les manières peu scrupuleuses d'engager des personnes à la commune.
Culture et jeunesses à l'abandon

Les tennoodois doivent se taper toujours la même offre culturelle : gnawa, musique africaine (Koepe Decale), du rap, l'employé au service Prevention et ancien candidat sur la LB et sa troupe de troubadours des Andes, la “fanfare” de Turkish Lady, etc. En favorisant constamment la culture turque, la commune de Saint-Josse joue en quelque sorte une sorte de rôle d'ambassade de la Turquie. Un peu c'est bien, trop c'est trop.

Face à toutes ces difficultés et obstacles, je me sens de plus en plus découragé de continuer ce projet, ce travail :(

Projets avortés et/ou en suspens

Plusieurs projets avaient été imaginés pour aller de l'avant mais la plupart vont certainement vont être avortés par manque d'intérêt de la population, de soutien et de sponsors :

- Journal : un journal d'informations afin de donner accès à l'information aux personnes n'ayant pas accès à internet ou aux réseaux sociaux.

- Liste électorale pour 2018 : proposer en 2018 une liste composés d'habitants indépendants qui ont des idées et qui souhaitent se présenter aux élections pour décrocher des sièges au conseil communal et représenter la population.

- Local de permanence, bureau de soutien/aide/écoute : afin de s'ouvrir à la population qui n'a pas accès à internet et qui ne maîtrise pas la langue française, un camarade a pensé créer une asbl pour venir en aide aux tennoodois en les informant sur leurs droits et en les aidant à résoudre des problèmes (logement, écoles, formation, emploi, etc.)
 
Pourquoi ce désintérêt ?

  • La majorité des gens à Saint-Josse ne comprennent pas grand chose à la politique locale ou ne s'y intéresse pas. Ils souhaitent qu'une autre personne fasse les choses à leur place.

  • Saint-Josse est une commune de transit où vivent plusieurs expatriés, stagiaires mais aussi des personnes aux faibles revenus qui louent un logement temporairement le temps de trouver quelque chose de plus correct.
  • La peur et la vénération de ces échevins faux cul. Pour plusieurs personnes incultes, les échevins (et même les conseillers communaux) représentent une certaine forme de pouvoir à laquelle ils doivent le respect. Comme je dis toujours : à ce rythme nous verrons bientôt des gens faire le baise-main au bourgmestre.
  • Population peu instruite : les autorités le savent et trouvent d'ailleurs que ma démarche est futile. Cela ne les inquiète pas. Une façon pour eux de me dire : "tu peux toujours parler, ces gens voteront toujours pour nous." Ils misent sur l'ignorance de la population.
  • Les gens votent pour les gens au pouvoir, susceptible de changer les choses tout de suite ou de donner quelque chose. Pas pour ceux qui ont des projets d'avenir.
  • L'abstentionnisme


    Conclusion

    On m'a toujours reproché mon côté négatif et pessimiste, s'il vous reste un peu d'espoir je vous invite à poursuivre